Recherche
Accueil TAYLOR EXPOSITIONS CONTEST ARCHIVES DONATIONS

Warning: include() [function.include]: Filename cannot be empty in /home/fondatioje/www/concDetail.php on line 55

Warning: include() [function.include]: Failed opening '' for inclusion (include_path='.:/usr/local/lib/php') in /home/fondatioje/www/concDetail.php on line 55
   
   
 

PRIX KIYOSHI HASEGAWA (gravure)

 

Crée par Mme Buffard et M. Dodeman, en hommage à leur grand-oncle, le peintre graveur Kiyoshi Hasegawa (1891 - 1980).
Ce prix est à décerner à un artiste résidant en France qui devra présenter dix estampes monochromes.

 
   
   
 

Christiane VIELLE

Laureat 2016
 
   
Latitude nord - eau forte - 25x28,5 cm

Les paysages abstraits, lyriques exécutés à l’eau-forte résultent d’une nature mémorisée gravée avec une liberté absolue.

Chacune des œuvres aux élans poétiques obéit à une géométrie vigoureuse à travers d’amples rythmes structurés qui créent la notion d’espace. En une écriture nerveuse où les surfaces sont marquées de stries Christiane Vielle lauréate de la Casa Velasquez où elle a résidé deux ans, révèle sa virtuosité dans le maniement de la pointe. Sous de savantes lumières apparaissent la densité de ce qui pourrait être des roches et la subtilité des dégradés du noir profond au gris magnifiés par le blanc du support et qui dégagent une sorte de flamboyance.

L’artiste invite à un voyage fantastique, à une rêverie aussi dans cette réalité fantasmatique. Elle unit rigueur et audace en une gestualité contrôlée qui permet à chacun de reconstituer son propre paysage. Dynamiques, d’une grande franchise de style ces gravures s’imposent au regard par la force tellurique parfois, l’intensité qui s’en dégage autant que par leur esthétique. Elles sont comme une promenade dans l’univers cet inconnu.


   
 

Jeanne CLAUTEAUX

Laureat 2015
 
   

 

Etranges, attirants les personnages à peine ébauchés et si présents, parfois obèses, dont on aimerait percer le mystère.

Ces silhouettes un peu tragiques captent l’attention évoquées à la pointe sèche en des contrastes de noir velouté, de dégradés de gris légers, de transparences et un dessin subtil.

Jeanne Clauteux a étudié la gravure à l’Ecole de la Cambre à Bruxelles et a décidé de se consacrer à cette  discipline, son choix initial était l’illustration. Après un séjour de sept années au Vénézuela, elle vit  maintenant à Paris. Son graphisme délicat crée la forme d’un trait arachnéen qui suggère visages fréquemment dénués de traits et évocateurs de sentiments et les contours d’un corps demeuré dans le flou. La tendresse de l'artiste pour ces êtres se devine, ils sont porteurs  d’une anxiété, d’une fatalité aussi.

Puissants, contrastés les paysages sont également réalisés à la pointe sèche. La taille soulève sur le cuivre des barbes génératrices de noir pénétrant, modulé. Griffures, rayures sont visibles, animent l’espace, génèrent la vie dans ces vastes lieux silencieux, montagneux pour certains, majestueuse nature dans sa solitude.


   
 

Lynn SHALER

Laureat 2014
 
   
Progression

D’origine américaine Lynn Shaler a suivi les cours de l’Université du Michigan où elle a obtenu un master en art puis elle est venue à Paris continuer ses études, elle y réside aujourd’hui.

Rigoureuses, souvent architecturées, ses aquatintes sont réalisées dans des tonalités d’ocre et de brun. L’artiste témoigne d’une intéressante discipline dans son travail, multiplie parfois les tracés linéaires ou croisés avec une grande finesse.

Son œuvre conjugue la réalité à l’imaginaire,propose des sujets insolites :un escalier occupant l’essentiel de l’espace avec élégance ou une porte de sortie de théâtre ou de cirque laissant sa place au rêve dans une grande finesse d’exécution.

Autre thème avec la reproduction de serrures du 18ème siècle élégamment décorées et d’une rare finesse de traits qui témoignent du talent de Lynn Shaler, de sa maîtrise dans cet art  si exigeant et de sa perpétuelle invention.


   
 

Claude TOURNON

Laureat 2013
 
   
Pachybabs

En un cheminement secret du regard à la main qui transcrit l’émotion sur le cuivre, le graveur trace des lignes significatives qui vont construire son œuvre. Regardant certaines compositions l’on ne peut s’empêcher de faire un rapprochement avec l’art des cavernes ; son œuvre en possède l’authenticité. A travers le temps, les mêmes préoccupations demeurent. Superbes, ces eaux-fortes dynamiques rappellent la pérennité des émotions  humaines.

Claude Tournon est bien, évidemment, un graveur de notre temps qui exploite à merveille les ressources de son art afin de transmettre sa propre vision du monde. Il excelle à donner cet élan vital aux buffles et autres animaux en course fuyant le danger. Il rend toutes les nuances de terre parées de transparences, éclairées de blanc par endroit dans une nature onirique.

L’artiste évoque aussi bien des arbres vénérables à la somptueuse puissance, leurs troncs noueux  taraudés par les années, lien entre terre et ciel, passé et présent. La sensibilité de Claude Tournon à ces témoins plus que centenaires est perceptible. Une lumière diaphane, spirituelle vient les caresser.


   
 

Pablo FLAISZMAN

Laureat 2012
 
   
Stanislav Marijanovic, 2008

D'origine argentine, ce graveur a effectué ses études de peinture, dessin et gravure dans son pays avant de venir s'installer en France en 2000. Le dessin est pour lui essentiel, son oeuvre gravé l'atteste mais il sait aussi prendre ses libertés et si certaines de ses compositions sont rythmées par le trait, il s'en évade à ses heures sans jamais négliger la forme.

Le regard revêt une grande importance pour Pablo Flaiszman : la fraîcheur, l'étonnement des yeux clairs d'une enfant, celui profond, chargé de l'expérience de la vie pour un vieil homme sévère et attachant et encore l'oeil désabusé d'une jeune femme et d'autres encore. Chacun est empreint d'une indéniable authenticité.

La galerie de personnages que nous propose cet artiste témoigne de son intérêt pour "l'autre" dans des gravures où se manifeste un vrai talent. Outre une présence presque physique, se décrypte un caractère. Les lignes denses, le jeu des valeurs, l'intensité émanant des modèles suscitent un attrait véritable. Dans ces gravures le noir subtil est confronté à une douce lumière et chaque personnage semble entretenir un dialogue personnel avec nous.


   
 

Jean-Pierre TINGAUD

Laureat 2011
 
   

Les œuvres de ce graveur affirment chacune une imagination forte. Sans céder à la description, elles évoquent des lieux et des souvenirs, des chimères aussi, dans un travail au burin et à la pointe sèche notamment.

Regardant ces feuilles l’on découvre un large champ créatif dans des compositions parfaitement ordonnées et libres de contraintes pesantes. Le trait, parfois péremptoire, s’avère toujours expressif. Dans cette abstraction complétée de quelques signes figuratifs, chacun peut à sa guise interpréter l’image proposée.

Cette réalité indécise oscille entre le perceptible et l’inconnu, ainsi Jean-Pierre Tingaud fait-il émerger de sa pointe acérée des mondes inventés, symboliques dans d’intéressantes textures. On devine un travail patient pour exprimer au plus près ses désirs plastiques et son rêve intérieur.

L’artiste ménage volontiers de larges plages blanches qui illuminent l’ensemble de la composition réalisée en tracés vivants, énergiques de stries parallèles et encrage de noir profond qui se juxtaposent créant une atmosphère onirique, poétique aussi parfois.

La gravure oblige à une discipline rigoureuse et cette lutte avec le matériau à la conclusion incertaine motive l’artiste , une vibration allègre habite sa création.

Nicole LAMOTHE


   
 

Judith ROTHCHILD

Laureat 2010
 
   

Des noirs veloutés, profonds surgissent vases et pots, fleurs baignés de clair-obscur, égayés ici ou là de blanc grisé; une beauté intense due à la merveilleuse alchimie de la manière noire.

Avec quelle minutieuse patience l’artiste prépare-t-elle le métal, l’entame ; de cette préparation dépend la réussite. Cette œuvre silencieuse est témoin de l’observation de Judith Rothchild sur les choses : fleurs, fruits, légumes ou vases décorés, sur le monde. Une œuvre apaisée dans laquelle le motif se dévoile doucement entre ombre et lumière en une palette de valeurs doucement déclinées.

Toute la sensibilité du graveur s’exprime dans ces compositions à l’intelligente figuration, aux richesses infinies que l’on décrypte en un tête-à-tête avec la composition. Parfois le dessin apparaît d’une manière presque imperceptible en filigrane. Judith Rothchild propose une remarquable alchimie du noir aux richesses multiples et de traces légères du blanc dans ses œuvres intimistes.


   
 

Fabienne BARA

Laureat 2009
 
   

Discipline rigoureuse la gravure à l’eau-forte entame une lutte dont la conclusion incertaine motive l’artiste. Dans ses amples compositions Fabienne Bara se fait le témoin de scènes quotidiennes anodines : une terrasse de café abandonnée par les clients qu’elle réinvente avec talent. Un réseau de lignes décisives, des griffures impatientes parfois,un tracé spontané, ainsi livre-t-elle son observation, ses émotions, alternant le noir et le blanc savamment dosés dans des compositions porteuses de charge expressive.

Ces gravures révèlent un parcours individuel. L’artiste fait courir la pointe rapide ou, d’autres fois laisse de grandes surfaces travaillées finement tandis que le sujet est aéré, vivifié, illuminé par un espace laissé vierge.


© TAYLOR association des artistes Ce site est realisé par