Recherche
Accueil TAYLOR EXPOSITIONS CONCOURS ARCHIVES DONS ET MECENATS

Warning: include() [function.include]: Filename cannot be empty in /home/fondatioje/www/concDetail.php on line 55

Warning: include() [function.include]: Failed opening '' for inclusion (include_path='.:/usr/local/lib/php') in /home/fondatioje/www/concDetail.php on line 55
   
   
 

PRIX PAUL GONNAND (gravure)

 

Créé par Henriette Gonnand en souvenir de son mari, graveur (1899 - 1973)
Ce prix est destiné à "un graveur au burin".

 
   
   
 

Catherine GILLET

Laureat 2016
 
   

Lentement, avec précision ce graveur creuse son sillon dans le métal avec son burin ignorant l’issu de son dessin. Il faut une vraie passion pour pratiquer cet art minutieux et incertain.

Fraîcheur, liberté, émotion caractérisent le travail de Catherine Gillet qui dit vouloir restituer « les traces du temps sur le vivant ». La lecture de ses gravures n’est pas toujours aisée ; ce sont souvent des fragments. La lenteur du travail au burin permet réflexion, méditation car cette petite pièce à manier avec précaution sur le cuivre traduit évidemment la pensée transmise par la main.

Catherine Gillet ne cesse ses recherches plastiques conjuguées à ses interrogations sur la vie dans des feuilles vivantes aux intéressants jeux de valeur. Un tracé régulier plein ou délié, un graphisme expressif dans sa concision caractérisent ces gravures. L’artiste tente, à travers sa création abstraite à la mise en lumière étonnante où tout est suggéré et où le vide se fait éloquent, de percer certains secrets, de mettre à jour des cicatrices oubliées. Cette œuvre silencieuse est témoin de la prédilection de Catherine Gillet pour cette technique.


   
 

Nathalie GRALL

Laureat 2015
 
   

 

Une certaine perplexité s’empare du spectateur mais aussi un véritable intérêt devant ces gravures. La forme est là et cependant fugitive légèrement effacée par le mouvement d’un vol d’oiseaux par exemple et par la volonté de l’artiste.

C’est tout l’intérêt du travail de Nathalie Grall qui s’exprime au burin et construit une œuvre à la figuration recréée qui nous emmène entre imaginaire et réalité dans un graphisme expressif. Après un dessin sommaire sur le cuivre l’artiste grave en un trait libre, réinterprète le sujet au gré de sa pensée d’où ces formes connues et inconnues . Est-ce rêve, réalité ou notre imagination qui s’égare ?

Les règnes animal et végétal constituent l’essentiel des thèmes de ce  graveur, représentés en mouvement se déployant dans un espace vierge dans l’élégance, la légèreté de la ligne avec une belle maîtrise technique. Il y a la spontanéité du premier jet puis le travail de la gravure, la pression plus ou moins forte exercée sur le burin pour obtenir les nuances d’un noir modulé, parfois intense. Ainsi ces trois silhouettes de singes assis, masse noire de laquelle émergent des têtes en un dessin allusif. Méduses, oiseaux en course, herbier Nathalie Grall réinvente le monde selon sa vision plastique qui laisse aussi sa place au hasard.


   
 

Brigitte KERNALEGUEN

Laureat 2014
 
   
Casta Diva (Norma) (burin)

Ténors et divas, tels sont les thèmes qui ont inspiré les gravures au burin de cette artiste. Sans s’attarder au détail Brigitte Kernaleguen crée des silhouettes vivantes au trait enlevé dans le contraste sans excès de l’ombre et de la lumière.

Chaque chanteur ou cantatrice se détache d’un fond qui projette le personnage au premier plan. En un tracé plus ou moins fort, l’artiste souligne l’effet d’un châle, l’attitude d’un ténor chantant et si cette œuvre est figurative, elle n’en possède pas moins une extrême liberté.

Brigitte Kernaleguen incise la planche de métal en un dessin sommaire traducteur des volumes comme des expressions dans la fraîcheur et la souplesse de la ligne. D’un grand naturel, ses gravures restituent la présence des chanteurs en un jeu de valeurs subtil. Ces modèles exécutés sur le vif possèdent une présence réelle. Avec « Les Pêcheurs de perles » se retrouve le même rythme qui se déploie en des volutes dynamiques.


   
 

Michel LASNIER

Laureat 2013
 
   

Dans l’élégance, le raffinement d’un tracé rythmé et incisif se croisent traits parallèles, géométries, courbes en une richesse de texture qui donne vie à un bestiaire parfois imprégné de fantastique. Intéressante dérive du naturalisme et cependant, toute la vérité, la personnalité de l’animal sont respectées.

En un graphisme péremptoire à la taille décisive au burin, Michel Lasnier réinvente escargot ou hippocampe avec liberté, fraîcheur et une grande souplesse. Il varie l’écriture avec des tailles plus ou moins profondes, interrompt le trait réalise de fines hachures sous une luminosité qui anime le sujet.

Mais cet artiste peut tout aussi bien respecter l’anatomie avec toujours les mêmes différences de tracé. C’est un oiseau aux aguets perché sur une branche  à l’œil vif, il se dégage de cette composition une vraie poésie tandis qu’une mante-religieuse un brin arrogante,semble sûre de sa puissance. Diplômé de l’Ecole Boulle en gravure sur bijoux Michel Lasnier est devenu professeur dans ce même lieu. Depuis dix ans il élabore un bestiaire gravé et émaillé témoin de son talent inventif.


   
 

Marc VALANTIN

Laureat 2012
 
   
Piège à rêves

Cet artiste s'est initié peu à peu à toutes les techniques de la gravure : eau-forte, pointe sèche, et le burin emporte aujourd'hui ses faveurs.
Si Dürer a été son maître, son oeuvre est touefois d'inspiration fantastique et surréaliste, peuplée d'êtres qui peuvent être, dans quelques compositions, un peu effrayants et de têtes de mort. Omniprésents dans ses oeuvres, le visage ou l'oeil apparaissent dans chaque feuille remarquablement travaillée. 

Personnages au rire sardonique, animaux réinventés, végétation s'enchevêtrent en une ronde quasi infernale entre sensualité et mort. Son trait élégant et sûr possède un fort pouvoir évocateur à travers chaque détail ; il arrive que les tailles s'entrecroisent.

Marc Valantin se joue du dessin le plus compliqué en un trait vigoureux d'une grande intensité expressive. Il nous entraîne dans son univers secret et étrange ; chaque ligne construit une image symbolique et visionnaire. Cet artiste crée un temps hors du temps.


   
 

Dominique SOSOLIC

Laureat 2011
 
   

En noir et blanc ou en couleurs, les gravures de Dominique Sosolic possèdent la même beauté d’exécution, le même raffinement. Maîtriser à ce point le burin est remarquable. Cet artiste aime détailler les objets et les plantes. Avec minutie et souplesse, il dessine des fleurs des champs éparses suivant une ordonnance qu’il a prévue. Une grande fraîcheur se dégage de ces compositions dans lesquelles l’artiste réserve un blanc qui illumine la gravure et ailleurs, un noir profond.

La taille sur le cuivre naît, vivante, de la main, dictée par la sensibilité du graveur, son émotion aussi. Il joue avec les valeurs, anime les éléments de la composition de tracés parallèles multiples, décisifs plus ou moins appuyés et leur confère présence tandis qu’un trait précis et pur saisit les contours.

Dominique Sosolic est un artiste inventif ;il réalise parfois des compositions sans sujet précis, dynamiques, en un graphisme expressif volontaire et léger. Les griffures impatientes de sa pointe créent des gravures rigoureuses sans froideur, construites.

Lorsqu’il ajoute la couleur, c’est dans la discrétion d’une gamme très nuancée .Il dispose dans l’espace divers objets qu’il grave avec précision et dont on aperçoit le reflet délicat en premier plan dans un beau contraste lumineux.Tailles ténues ou plus larges, fines hachures expressives, Dominique Sosolic manifeste la diversité de son talent.

Nicole LAMOTHE


   
 

Christophe DUPETY

Laureat 2010
 
   

Une certaine magie émane de ces gravures, visions d’un monde banal et fabuleux. Singuliers, ces personnages recréés au corps volontairement malmené, expressif aussi, par le burin de l’artiste.

Dans la fougue impatiente des tracés multiples qui se croisent et s’entrecroisent tels un écheveau embrouillé, il invente une forme palpitante de vie, donne libre cours à ses envies plastiques. En une mise en scène originale, il s’amuse d’instants éphémères dans des compositions où des êtres humains qui, sans doute nous ressemblent un peu, intriguent et amusent. Entre blanc grisé et noir, Christophe Dupety affirme une belle maîtrise de la technique liée à l‘invention et à l’humour. Variant superbement les tracés, il crée son propre langage de formes. Chaque composition déborde de vitalité, atteste de l’observation aiguë du graveur dont l’imaginaire se nourrit de la réalité sous une forme aimable de la provocation parfois.

Quant aux animaux : singe ou rhinocéros, il leur confère des attitudes humaines avec, toujours, une vraie beauté et probité du trait.


   
 

Véronique SUSTRAC

Laureat 2009
 
   

Fleurs et plantes, rivières et rochers, sous-bois n’ont pas de secret pour Véronique Sustrac. Ce graveur en restitue avec une extrême finesse les textures, la grâce ou la force. Un patient travail pour exprimer les émotions suscitées par une nature que rien ne vient perturber, pour évoquer avec minutie feuilles, branches, puissance des troncs, ramures ou clapotis de la rivière. Une intense clarté baigne ces vues renforcée de noir profond.

Loin de la banalité, l’artiste cherche des angles inédits, recrée la réalité d’une forêt en des lignes élégantes. Ou bien, elle retrace sur la feuille la légèreté de graminées. Toute la vie intime de la nature frémit et vibre sous la pointe de ce graveur.

Illustratrice, aquarelliste, Véronique Sustrac compose une œuvre emplie de sérénité.


© TAYLOR association des artistes Ce site est realisé par