Recherche
Accueil TAYLOR EXPOSITIONS CONCOURS ARCHIVES DONS ET MECENATS

Warning: include() [function.include]: Filename cannot be empty in /home/fondatioje/www/concDetail.php on line 55

Warning: include() [function.include]: Failed opening '' for inclusion (include_path='.:/usr/local/lib/php') in /home/fondatioje/www/concDetail.php on line 55
   
   
 

PRIX EVARISTE JONCHERE (sculpture)

 

« À un sculpteur statuaire figuratif âgé d'au moins 30 ans. »

 
   
   
 

Fra DELRICO

Laureat 2016
 
   

L’on est immédiatemment “pris” par cette création si forte, contemporaine et qui se situe dans la longue lignée de l’histoire de l’art.

Puissance, invention se dégagent des œuvres de Frederico Alagna. Dès sa jeunesse l’art l’a intéressé, la musique, la peinture et le dessin. A la fin de ses études scolaires il a déjà réalisé avec son frère des sculptures à partir d’objets hétéroclites. Il est évident que l’académisme, même moderne enseigné dans les écoles ne lui convient pas et il va se former auprès d’artisans bronziers.

Avec énergie il triture la terre glaise pour en faire émaner personnages, bustes, têtes en un style affirmé, ample, vivant coulés en bronze à la cire perdue. Dans cette matière offerte à la magie du feu il compose  des œuvres organiques, personnages familiers et cependant mystérieux qui suscitent une émotion brûlante. Ebauchés dans un langage plastique personnel d’une grande plénitude les visages comme les corps sont parcourus d’un frémissement charnel et de ce mystère que recèle chaque être humain dans une vitalité certaine. La lumière anime la matière et ses aspérités travaillée avec emportement. Il arrive que Frederico Alagna appose quelques touches de peinture à des visages rompant ainsi avec une figuration classique.         


   
 

Hélène ARFI

Laureat 2015
 
   

Ce qui frappe d’emblée dans la sculpture d’Hélène Arfi ce sont la vie, le mouvement qu’elle communique à ses modèles.

A découvrir son bestiaire on devine sa passion pour la nature, les  animaux, la faune sauvage notamment et avant tout pour son art. Ses créations sont habitées d’un grand naturel, proches de la vérité de chaque animal et si l’on reconnaît fort bien toutes les espèces, cette réalité s’accompagne de l’imagination de l’artiste.

C’est aux Beaux-Arts qu’elle a appris la taille directe dans l’atelier de Jean Cardot puis elle a étudié le corps humain en mouvement et c’est ce mouvement qu’elle communique si bien aux animaux, volontiers ceux découverts lors de ses voyages ou dans les zoos. Les éléphants dansent et  les girafes courent ; deux guépards s’adonnent à une course haletante tandis que des ibis marchent dignement ou qu’une tête de vautour apparaît menaçante. Chacun est représenté en des bronzes à la matière plus ou moins lisse ou plus travaillée avec des reliefs et dans laquelle est parfois visible l’empreinte des doigts du sculpteur.

Cet art fait partie de la tradition au sens large. Il s’agit  de véritables « portraits «  caractéristiques  de chacun des modèles réalisés avec un beau talent. 


   
 

Patrick VILLAS

Laureat 2014
 
   

La sculpture animalière demeure un sujet contemporain et cet artiste en atteste avec brio. A travers de véritables « portraits »naturalistes, on devine sa passion à traduire dans le bronze ces puissants léopards et panthères, autruches ou hiboux.

D’emblée on est frappé par la puissance du travail dans la représentation de ces animaux presque humanisés. En un modelé nerveux Patrick Geerts-Villas capte une attitude, un regard dans un rendu de la vérité flamboyante sans violence.

Sculptées après une intense observation, ces bêtes, sauvages pour la plupart, apparaissent familières, parfois presque domptées et cependant l’artiste leur conserve leur caractère avec un vrai naturel. L’expression est forte, le pelage vibre sous la lumière. Avec une extraordinaire vérité le sculpteur saisit une panthère en chaleur prête à bondir ; toute l’intensité se concentre alors sur l’interprétation de la tête aux aguets.


   
 

Edith LAFAY

Laureat 2013
 
   

Elève de Jean Cardot à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, Edith Lafay conjugue avec intelligence classicisme et invention. Son thème de prédilection: le corps féminin, elle en traduit les volumes juvéniles et graciles d’une jeune fille ou voluptueux et attirants de la maturité.

Avec sa parfaite connaissance de l’anatomie féminine, cette artiste évoque les courbes gracieuses ou généreuses sur lesquelles coulent ombre et lumière. Sans détails qui alourdissent, les contours modelés reflètent la sensibilité du sculpteur qui confère au modèle une forte présence, dégage avec pudeur l’invisible,la personnalité.

Debout ou assises, elles sont là, présentes et parfois toute à leur secret,la tête détournée du spectateur. Edith Lafay aime le bronze,auquel elle donne du relief ici et là et lorsqu’elle travaille le bois,son art se fait plus allusif tout en demeurant vivant ;elle utilise les blessures du matériau pour donner vie aux femmes expressives même sans visage.


   
 

Christian COUAILLIER

Laureat 2012
 
   
Petit gibon

Ce bestiaire d'esprit baroque est comme un hymne aux animaux de tous les continents car l'artiste confère la ferveur au bronze. Spontanéité et précision se retrouvent dans cette oeuvre vivante.

Christian Couaillier construit les corps par plaques qui s'assemblent, se complètent, vibrent et communiquent la vie à une grue, un gorille ou des manchots. Chaque caractère propre à l'espère est parfaitement reconnaissable et toujours juste. Entre réalité et onirisme l'on devine dans cette figuration le désir de l'artiste de recréer la réalité. Le volume jaillit dans toute sa franchise.

Cet art où s'affirment le sens des masses et l'équilibre des volumes, possède une évidence de vérité, d'amour pour ces compagnons plus ou moins proches de l'homme auxquels le sculpteur confère une réelle présence.


   
 

Philippe SEENE

Laureat 2011
 
   

Intéressante l’œuvre de ce sculpteur, elle se situe entre une conception classique et une réflexion singulière. Philippe Seene obéit à ses pulsions créatrices qui le conduisent vers un art aux différentes facettes.

Chaque sculpture obéit à des moments particuliers :réflexion, imagination, émotion qu’il exprime dans ses œuvres, bronzes ou terres cuites. L’on découvre ainsi un « Songe », terre cuite dans laquelle la vérité des deux corps masculins est transcendée par la sensibilité du regard de l’artiste. Il affirme ici son talent à faire vivre la matière. A l’écoute du monde et à ses problèmes, il les exprime dans des sculptures figuratives fort éloignées d’une banale réalité. Dans le beau travail du bronze Philippe Seene laisse place à son invention plastique avec une vraie liberté d’exécution. Liberté retrouvée dans certaine sculptures où il déconstruit partiellement les volumes sans nuire à la force expressive, ainsi « Equus », chevaux évidés par endroit et qui conservent une force vitale.

Ce sculpteur introduit le spectateur dans le domaine de la sensation, de l’émotion aussi, sans emphase mais dans sa propre vérité à laquelle on adhère.

Nicole LAMOTHE


   
 

Christophe CHARBONNEL

Laureat 2010
 
   

Sans nul doute, Christophe Charbonnel s’inscrit dans la tradition des grands sculpteurs du passé y ajoutant sa modernité. Monumentales, ses figures possèdent une énergie puissante, résultent d’un dialogue intense avec la matière qu’il faut écouter et dompter.

Porteuses d’une beauté grave, de l’intensité des sentiments, ces œuvres retiennent le regard devant les esclaves résignés , un fier Cavalier ou l’Homme ailé. Chacun de ces êtres impressionne par la concentration du visage, sa vérité,sa force intérieure. Il y a quelque chose de sacré dans cet art,de symbolique aussi : l’homme ou la femme esclaves ne sont-ils pas l’image d’une détresse à enfouir au plus profond de soi ?

Sur ces bronzes  travaillés coule la lumière qui s’accroche parfois à quelque grain ; une tension interne habite les volumes vivants et denses en une belle franchise du rythme, révélant la force créatrice de cet artiste. Ses personnages apparaissent comme un modèle universel. Une sculpture de chair et d’âme dans laquelle transparaît la vérité, la fierté de l’être dans une œuvre sobre et grandiose.


   
 

Ruth ADLER

Laureat 2009
 
   

Des portraits vivants à l’expression intense et sans concession, visages burinés par la vie, aux sculptures abstraites travaillées par plans successifs et où se mêlent fer, pierre, béton, c’est l’œuvre diverse, à la réalité parfois transposée mais toujours fidèle au modèle. L’esprit ouvert Ruth Adler ne s’enferme pas dans un genre qui deviendrait routine, elle s’exprime au gré de ses désirs plastiques. Une œuvre éminemment personnelle qui intéresse. Ainsi à côté du buste du Professeur Jean Bernard dans lequel percent intelligence et bonté,ce sont des sculptures composées de diverses géométries assemblées avec dynamisme et rythme.

Chaque œuvre est habitée de vie, d’êtres en mouvement à déchiffrer l’on admire cette « existence » communiquée si parfaitement à ces volumes abstraits. Un art parti de la réalité, que l’artiste plie à ses exigences plastiques.


© TAYLOR association des artistes Ce site est realisé par